Jeff Bezos prêt à tout pour faire repartir la Nasa sur la lune

La société spatiale du milliardaire a annoncé lundi 16 août avoir attaqué en justice la Nasa pour le choix de SpaceX comme constructeur de son module d’alunissage. De quoi potentiellement faire retarder le retour tant attendu de son pays sur la lune.

Jeff Bezos passe à une nouvelle offensive dans son conflit contre la Nasa. L’agence spatiale américaine est depuis le 16 août dernier, l’objet d’une plainte déposée par la société du fondateur d’Amazon, Blue Origin, devant un tribunal fédéral des États-Unis. Il s’agit pour le plaignant de protester contre l’attribution à son concurrent SpaceX détenu par Elon Musk, un autre milliardaire, d’un contrat de construction du système d’alunissage devant permettre à la Nasa de repartir sur la lune d’ici 2024.

En avril dernier, l’agence américaine avait en effet désigné SpaceX comme gagnant de l’appel d’offres auquel prenaient part deux autres entreprises à savoir : Dynetics et Blue Origin. Au grand dam de ce dernier qui conteste vigoureusement un tel verdict.

Violation des termes contractuels

Blue Origin reproche à la Nasa un certain nombre de griefs, dont celui de n’avoir retenu au final qu’un prestataire contrairement aux termes du contrat qui en prévoyaient deux par mesure de précaution. Une situation qui risque, selon la firme basée à Kent, de conférer à SpaceX une exclusivité pour de futures commandes de la Nasa. Cette dernière oppose à ce reproche des contraintes budgétaires qui ont dû l’amener à considérer seulement SpaceX au terme de son évaluation. D’autant que son offre revient à 2,9 milliards de dollars contre 5,9 milliards de dollars pour Blue Origin.

Il est également reproché à l’agence spatiale américaine d’avoir choisi à travers l’entreprise d’Elon Musk, un prestataire dont les compétences pourraient mettre en péril le projet d’expédition du pays sur la lune.

Détermination

Baptisé Artémis, ce programme doit en principe aboutir au départ des Américains sur la lune dans un but exploratoire plus ambitieux que le récent voyage qui remonte à 1972. Mais plusieurs contretemps en menacent déjà l’agenda. Et la nouvelle plainte de Blue Origin ne devrait pas faire avancer les choses. Surtout si l’entreprise parvient à obtenir du juge que l’exécution du contrat soit suspendue tel que l’espère le plaignant, à en croire une source proche du dossier, rapportée par le site d’information The Verge. D’autant que la première réclamation – infructueuse – de Blue Origin devant le GAO (pour Government Accountability Office), un organisme du Congrès, a déjà fait retarder le programme de trois mois.

Cela ne semble guère émouvoir Jeff Bezos engagé dans un combat sans merci contre Elon Musk, son plus sérieux concurrent dans la conquête de l’espace.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.