Tesla débarque en Europe

La firme américaine de l’automobile électrique a mis en service, mardi 22 mars, sa première usine européenne en Allemagne. Cela devrait lui permettre de gagner en compétitivité sur le Vieux continent dans un contexte d’expansion des segments électriques.  

On n’était pas habitué à un Elon Musk aussi expansif en dehors de Twitter. Mais l’industriel américain n’a pas hésité à esquisser des pas de danse, mardi 22 mars. Il faut dire que l’évènement commandait une telle effusion de joie. Et pour cause, la première usine européenne de son entreprise de véhicules électriques, Tesla, voyait enfin le jour, plus de deux ans après son annonce et autant de temps consacrés aux polémiques liées à ses impacts environnementaux.

Mais après le ok définitif obtenu des autorités le 4 mars dernier, plus rien ne s’opposait à l’inauguration de cette unité de production basée à Gruenheide dans l’est de l’Allemagne. Sous les yeux du nouveau chancelier Olaf Scholz, Tesla a donc livré ses premiers clients, en attendant le fonctionnement à pleine capacité de l’usine estimée à 500 000 véhicules annuels.

Rapprochement avec l’Europe

« C’est un grand jour pour l’usine« , s’est ainsi réjoui Elon Musk dans des propos rapportés par Reuters. Il n’aurait pas su mieux dire. Car ce nouveau centre va contribuer à résoudre une grande équation pour son entreprise. Basée à Austin dans l’État américain du Texas, cette dernière était en effet contrainte de satisfaire sa clientèle européenne depuis la Chine, notamment à Shanghai d’où part l’essentiel des produits de la marque en dehors de l’usine californienne de Fremont.

Conséquence ? La chaîne d’approvisionnement du groupe est impactée négativement et ses coûts de production augmentent. Un phénomène qui s’est exacerbé récemment avec la pénurie mondiale de semi-conducteurs née de la crise du Covid-19. Avec cette usine de Gruenheide, Tesla se rapproche de l’Europe et en rajoute à la concurrence entre producteurs de véhicules électriques sur le Vieux continent.

Sur les terres de Volkswagen

Leader de plus en plus concurrencé de ces voitures dites du futur, l’entreprise d’Elon Musk vient par là même chasser sur les terres de Volkswagen. Le constructeur de Wolfsburg est en effet en tête de la vente de ce segment en Europe avec 25% de part de marché. Soit presque le double de celle de Tesla, située à 13% seulement, à en croire Reuters.

Mais cette avance pourrait ne pas durer très longtemps étant donné les ambitions de Musk. Même si Volkswagen s’active aussi pour augmenter ses capacités de production avec des projets de construction de nouvelles usines. La course entre les deux constructeurs ne fait que commencer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.