La France a mal à ses riches

Le pays compte aujourd’hui plus de milliardaires que jamais. Et ces derniers savent toujours pouvoir compter sur la bienveillance d’une certaine classe politique. Au grand dam de l’opinion publique.

Les riches français n’auront pas chômé pendant cette crise du Coronavirus qui étreint toujours bien des économies à travers le monde. Au contraire, ces fortunés se révèlent être les grands gagnants de cette pandémie. En témoigne la hausse de 30% du patrimoine total des 500 plus grosses richesses du pays entre 2020 et 2021. Un chiffre désormais proche des mille milliards d’euros.

Le classement dévoilé jeudi 8 juillet par le magazine Challenges est celui de toutes les démesures. On y dénombre 109 milliardaires, soit une liste élargie de 14 personnes par rapport à celle de l’année dernière. Du jamais vu depuis l’instauration de ce classement annuel par Challenges en 1996. D’autant plus dans un contexte économique aussi morose que celui créé par la pandémie du Covid-19. Les premiers sont notamment devenus encore plus riches avec un actif cumulé au-delà des 13 milliards d’euros.

Des habitués

Dans ce palmarès figurent à la fois des fortunés grâce à leurs propres affaires, mais également ceux qui ont repris les affaires familiales. C’est le cas de la famille Hermès, 3e avec une fortune évaluée à 81,5 milliards d’euros. Liliane Bettencourt, femme la plus riche de France et longtemps à la tête du classement est 4e. L’héritière de L’Oréal est créditée d’un patrimoine estimé à 71,4 milliards d’euros. Les familles propriétaires de Chanel et de Kering ne sont pas en reste. Certains, dont Pierre Omidyar, patron d’eBay sont même parvenus à devenir deux fois plus riches en un an.

Mais la première place est toujours bien gardée par Bernard Arnault. Pour la cinquième année consécutive, l’industriel du luxe reste l’homme le plus riche de France avec 157 milliards d’euros de patrimoine. Soit une flambée de 57%, comparé au précédent classement. Grâce à son groupe LVMH, le natif de Roubaix a pu doper sa fortune, au point de détrôner brièvement, il y a quelques semaines Jeff Bezos de la première place mondiale.

Une certaine détestation

Alors que l’intéressé se félicite d’être sorti plus fort de la pandémie, l’étendue de sa richesse ne plaît pas forcément en France. Nombreux sont ceux qui y voient moins de la prospérité que de l’indécence. Surtout les militants altermondialistes qui goûtent peu le fait qu’une telle fortune soit concentrée dans les mains d’un seul individu. Bernard Arnault dont le groupe vient de rénover à grands frais le magasin parisien la Samaritaine pour y vendre du luxe a d’ailleurs subi la colère de l’association Attac le 3 juillet à travers des graffitis hostiles. Mais comme souvent, les politiques se sont érigés en boucliers d’un patron générateur d’emplois. Adieu la taxation des plus riches ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.