Paiement en ligne : Facebook crée une division unique pour ses services financiers

 

Facebook a annoncé lundi la création de Facebook Financial, une nouvelle division du groupe chargée du déploiement de ses services de paiement et financiers. Parmi eux, Facebook Pay, la fonctionnalité de paiement universel de l’entreprise.

Facebook compte une nouvelle corde à son arc. Le géant des réseaux sociaux a annoncé lundi le lancement d’une division « Facebook Financial » (ou F2) consacrée au déploiement de ses services de paiement et financiers. Sa direction a été confiée à David Marcus, le co-créateur du projet de cryptomonnaie Libra et ancien responsable de l’application de messagerie instantanée Messenger. Il est épaulé par Stéphane Kasriel, un ancien de PayPal et d’Upwork, une plateforme de recrutement de travailleurs indépendants sur Internet.

Facebook Financial se chargera de la stratégie et de la gestion de tous les services financiers ou de paiements développés par l’entreprise, comme Facebook Pay, qui permet d’acheter des produits sur le réseau social ou de faire des dons, par exemple. F2 intègre aussi Novi, ex-Calibra, le futur portefeuille virtuel qui permettra d’utiliser la devise numérique Libra. Novi doit prendre la forme d’une application autonome et d’une fonctionnalité dans Messenger et WhatsApp. « Cela semble être la bonne chose à faire de rationnaliser la stratégie des services de paiement au niveau de l’entreprise », a commenté auprès de Bloomberg David Marcus.

Relancer proprement Facebook Pay

Le lancement de Facebook Pay sur WhatsApp en Inde et au Brésil fera figure de premier grand chantier de la division F2. Ce déploiement avait déjà échoué au Brésil. Quelques jours après son lancement, la Banque Centrale de ce pays avait suspendu le service de paiement. Il faudra donc tâcher de le relancer proprement. Même chose en Inde, où il manque encore des autorisations pour procéder au lancement.

Quant au projet de devise numérique Libra, présenté en juin 2019, il avait suscité une levée de boucliers de la part des autorités européennes et américaines, inquiètes pour leur souveraineté sur la monnaie. Ce projet est géré depuis le printemps par une association indépendante, basée à Genève, qui a revu ses ambitions à la baisse.

Booster à nouveau les revenus publicitaires

En lançant Facebook Financial, le groupe de Mark Zuckerberg espère redonner des couleurs à ses revenus publicitaires. Le géant des réseaux sociaux est convaincu que si les utilisateurs peuvent effectuer des achats sur Instagram, Messenger et WhatsApp, sa publicité gagnera en valeur et les utilisateurs passeront plus de temps dans ses applications. Jusqu’ici ils sont rédigés vers d’autres services comme PayPal pour leurs achats en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *