Capital-investissement : un marché rentable fait pour les épargnants avertis

 

Le capital-investissement est globalement rentable depuis près de 15 ans. Son rendement moyen s’élève à 11,2% et peut même atteindre les 15,2% pour les fonds plus anciens. Toutefois, la performance peut parfois baisser jusqu’à 5%, tandis que les investisseurs ne sont pas toujours logés à la même enseigne. Ce marché ne s’adresse donc qu’aux businessmen prêts à prendre des risques importants.

Le capital-investissement : qu’est-ce que c’est ?

Le capital-investissement est une forme très ancienne d’investissement par laquelle un investisseur consacre une partie de ses capitaux propres au développement ou au rachat d’une société ayant des besoins de croissance ou de redressement. En contrepartie des fonds engagés sur une longue période, l’investisseur attend un rendement sur le capital investi, généralement supérieur à celui du marché des actions cotées, compte tenu de la non-liquidité de son investissement pendant parfois plusieurs années.

Une épargne qui fait rêver en période de taux bas

Le capital-investissement est un segment très rentable, mais ses performances sont très inégales suivant les catégories d’investisseurs et les périodes. En moyenne, la performance du capital-investissement (mesurée par le TRI) s’établit à 11,2% depuis 15 ans. A titre de comparaison, l’immobilier n’a offert que 7,7% de rendement en 2018 tandis que le CAC 40 (dividendes réinvestis) a dû se contenter de 5,9%. En cette période de taux bas, ces chiffres du capital-investissement séduisent toute personne en mal de rendement. Toutefois il faut préciser que tout n’est pas aussi rose avec ce type d’investissement. Il implique de gros risques que ne peuvent pas se permettre les premiers venus. Le capital-investissement convient plutôt aux investisseurs avisés.

Les risques à prendre en compte

Le premier problème avec le capital-investissement est sa forte volatilité. En effet, il n’est pas linéaire puisqu’il est capable d’atteindre un bon plafond (11,2% par exemple) comme de dégringoler (8,8%) sur une décennie. Sur une longue échelle de temps, l’irrégularité de cet investissement est encore plus flagrante. Selon la période la plus longue analysée jusqu’ici (31 ans), le TRI moyen du capital-investissement s’élève à 9,9%. Pour les fonds créés entre 1987 et 2002, il est de 13,1%. En revanche, il pique à 5,1% pour le millésime 2006 et se relève à 5,4% pour le millésime 2009.

Il y a en outre des écarts d’un actif à l’autre. Ainsi les sous-catégories capital-transmission et capital-innovation n’ont pas le même rendement. Le premier fonds a rapporté en moyenne 15,2% sur 15 ans et le second 3% de TRI sur la même période.

Notons en outre que les investisseurs ne touchent pas le même gain. Quand 25% des capitaux ont généré seulement un TRI compris entre -4% et 1,2%, 9,9% ont donné 71,5 milliards d’euros.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *