Smartphone : Intel prêt de céder sa division puces pour modem 5G

 

Selon le Wall Street Journal, Intel est prêt de céder sa division puces pour modem 5G à toute entreprise intéressée. Cette décision est intervenue quelques heures après qu’Apple a vidé son long contentieux avec Qualcomm, gros fournisseur de puces pour les modems d’iPhone.

D’après le Wall Street Journal, Intel a décidé de renoncer à la production de puces pour modem 5G, quelques heures seulement après qu’Apple a enfin résolu son long litige avec Qualcomm, le principal fournisseur de puces pour les modems d’iPhone. Cette option de cession de son segment puces pour modem pourrait comporter sa vente à Apple ou à toute autre entreprise intéressée, précise le quotidien financier américain.

Goldman Sachs chargé de la procédure de cession

Apple a déjà eu des discussions avec Intel en ce sens, l’été dernier, et a continué jusqu’à y mettre un terme récemment à la suite de l’arrangement avec Qualcomm. Selon le Wall Street Journal, le géant américain des micro-processeurs a reçu récemment des manifestations d’intérêt diverses pour sa branche puces pour modems 5G. L’entreprise aurait engagé Goldman Sachs pour gérer la procédure, qui n’en est qu’à ses débuts, a jouté le quotidien financier.

Apple, Intel et Goldman Sachs se sont refusé à tout commentaire pour l’instant.

Intel laisse tout un boulevard à Qualcomm

Rappelons que le 17 avril dernier, au lendemain de l’accord conclu entre Apple et Qualcomm, Intel avait annoncé qu’il arrêterait la production des modems 5G pour les smartphones d’Apple. Le groupe faisait ainsi la part belle à Qualcomm qui sera désormais seul, ou presque, sur le marché des puces. Le troisième acteur majeur sur ce segment, le chinois Huawei, ayant été déclaré persona non grata aux Etats-Unis, après des soupçons d’espionnage technologique. Intel a expliqué qu’il voulait concentrer ses investissements sur ses activités d’infrastructure de réseaux 5G et sur ses processeurs pour réseaux dans le « cloud ».

L’action Intel a perdu 9% à 52,43 dollars ce jeudi

Jeudi soir, le groupe basé à Santa Clara en Californie a publié des résultats au premier trimestre légèrement supérieurs aux attentes. Mais avait troublé les marchés en émettant un avertissement sur ses ventes et ses bénéfices pour 2019, faisant craindre un passage à vide plus long que prévu de la demande de semi-conducteurs. Pourtant les analystes prévoyaient un redémarrage au second semestre. Conséquence, l’action Intel, qui a reculé jusqu’à 11% en séance, a fini sur une perte de 9% à 52,43 dollars.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *