Nouvelle baisse du livret A pour février 2020

Le livret A, l’un des placements préféré des français, va de nouveau baisser en ce début février 2020. Depuis sa mise en place dans les années 70, le taux du livret A a subi de nombreuses fluctuations, qui, au final, se sont traduites pas une baisse général du taux d’intérêt. Très loin de son emblématique taux record de 8,5% entre 1981 et 1983, le taux du livret A devrait continuer de baisser et atteindre son taux le plus bas de l’histoire, à 0,5%.

Bruno Le Maire justifie son choix par la faible inflation

Le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, justifie cette nouvelle baisse du taux d’intérêt du livret A notamment par la faible inflation que connaît le pays (1,2%). Il appuie son raisonnement en mettant en avant l’environnement dans lequel évoluent les économies mondiales depuis plusieurs années, à savoir des taux d’intérêts très bas.

Pour lui, il y voit un “choix de responsabilité“, une sorte de mesure obligatoire vis-à-vis de l’environnement économique actuel. Il a concédé qu’il ne s’agissait pas là “de décisions que l’on prend facilement” et que cette mesure ne coûterait “que quelques centimes par mois” aux français. Pour rassurer une opposition qui décrie cette baisse, il assure que le plancher des 0,5% ne sera pas franchi.

L’opposition critique cette nouvelle baisse du livret A

Des deux côtés de l’échiquier politique, les différents acteurs critiquent cette réforme. À droite, Nicolas Dupont-Aignan président de Debout La France, fustige cette “spoliation des ménages qui bossent, qui économisent pour leurs projets dans la vie, qui veulent aider leurs enfants.”. Du côté de la gauche, le député communiste du Nord, Fabien Roussel, compare ce “niveau historiquement bas du taux de livret A” au “record de dividendes distribués aux actionnaires du CAC 40″.

Pour la CFDT, son secrétaire général, Laurent Berger, déplore : “Ce n’est pas un bon signal à l’endroit des classes populaires”.

Placer mieux, placer ailleurs

Pour répondre aux différentes critiques, Bruno Le Maire entend proposer des solutions, en demandant aux français de “diversifier leur épargne“. Il annonce notamment que le Livret d’Épargne Populaire (LEP) est mieux rémunéré que le livret A. Le ministre de l’économie évoque également la solution d’investir dans des fonds, comme celui de l’éducation financière des citoyens.

Enfin, Bruno Le Maire annonce qu’avec la baisse de ce nouveau taux, il sera possible de construire “17.000 logements sociaux supplémentaires et d’en rénover 52.000 chaque année“. Une initiative recevable d’un point de vue social, lorsque l’on sait que le nombre de personnes vivant en-dessous du seuil de pauvreté a continué de progresser en France, pour atteindre un total de 9,3 millions de personnes en 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *