ADP-Maliba : devoir et nécessité d’adhérer à l’accord politique de gouvernance

Contrairement aux partis de l’opposition dont elle est issue, l’Alliance Démocratique pour la Paix (ADP-Maliba) a adhéré à l’accord politique de gouvernance proposé par Bamako. Ce en signant, le 30 décembre 2019, le document qui scelle son engagement pour la mise en œuvre des recommandations issues du dialogue national inclusif (DNI).

Le dialogue national inclusif (DNI) malien, qui s’est tenu en décembre 2019, a enregistré la participation de plusieurs partis politiques, mais essentiellement alliés au pouvoir. L’opposition a largement boycotté cette initiative, arguant qu’elle relevait d’une « mise en scène » (propos de son chef de file Soumaïla Cissé). ADP-Maliba, le parti d’Aliou Diallo, qui estime également que le DNI n’a pas réuni toutes les conditions, s’est pourtant désolidarisé de l’opposition.

Il fallait ausculter le Mali et faire un diagnostic

L’ADP-Maliba a envoyé une délégation conduite par son secrétaire politique, Baba Boubacar Keïta. Celui-ci a expliqué que son parti s’inscrit dans « une opposition républicaine, c’est-à-dire une opposition constructive ». Ainsi, a-t-il le devoir de participer à la vie de la nation malienne. « Nous sommes venus dire ce que nous pensons de tous les défis auxquels notre pays fait face aujourd’hui », a expliqué Baba Boubacar Keïta.

Aussi, pour l’intérêt supérieur du Mali, il fallait s’élever au-dessus des clivages politiques. Comme l’avait signifié le président Ibrahim Boubacar Keita, à l’ouverture du DNI, le Mali est très malade et cette concertation nationale avait pour objectif d’« ausculter le pays et de faire des diagnostics pour le guérir ».

Dans ce contexte que ADP-Maliba a illuminé les travaux en faisant de faisant des propositions remarquables. Celles-ci figuraient déjà dans le programme politique d’Aliou Boubacar Diallo lors de la présidentielle de 2018. L’entrepreneur avait alors proposé un grand débat national pour résoudre la crise multidimensionnelle du Mali. Les propositions faites par ADP-Maliba constituent d’ailleurs l’essentiel des recommandations issues du dialogue national inclusif.

Une nouvelle ère commence pour le Mali

Conscient de son rôle politique et de sa responsabilité face au Mali, le parti de la Balance a ensuite librement choisi d’adhérer à l’accord politique de gouvernance proposé par Bamako. C’est pourquoi il a signé, le 30 décembre 2019, le document qui scelle son engagement pour la mise en œuvre des recommandations issues du dialogue national inclusif (DNI).

« Le rapport final détaillant les axes prioritaires jette les bases d’une nouvelle ère pour notre pays. Ere dans laquelle il revient à chaque acteur soucieux du relèvement de notre cher Mali d’agir en toute responsabilité afin de contribuer à la mise en œuvre effective des conclusions issues de ce dialogue national. La survie de notre Nation en dépend », a déclaré ADP-Maliba à l’issue de la cérémonie avec le premier ministre Boubou Cissé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *