Argentine : le président annonce une série de mesures pour donner un coup de pouce à ses concitoyens

 

A deux mois de l’élection présentielle, et après une déconvenue aux primaires, le chef de l’Etat argentin drague à nouveaux ses concitoyens. Il a annoncé ce mercredi une série de mesures visant à leur donner un coup de pouce en cette période de récession. Ce sont une hausse du salaire minimum, des primes ponctuelles, des réductions d’impôts et le gel des prix de l’essence durant trois mois.

« Vous êtes éprouvés et fatigués »

Le président argentin, Mauricio Macri, qui brigue un nouveau mandat en octobre prochain veut rectifier le tir pendant qu’il est encore temps. Après avoir lourdement perdu dimanche aux primaires (qui ont valeur de test électoral), il annonce ce mercredi des mesures visant à « donner un coup de pouce aux Argentins ». Il promet, dans les jours à venir, une hausse du salaire minimum, des primes ponctuelles, des réductions d’impôts et le gel des prix de l’essence durant trois mois. « Ce que je vous ai demandé était très difficile, c’était comme d’escalader l’Aconcagua », a reconnu Macri à propos des efforts demandés aux Argentins depuis son arrivée au pouvoir. Il admet aussi que ses concitoyens ont été « éprouvés et fatigués » et qu’« Arriver à la fin du mois est devenu une tâche impossible, beaucoup de familles ont dû réduire leurs dépenses ».

Mauricio Macri a pensé à tout le monde

Le président libéral a assuré, sans plus de précision, qu’il relèverait le montant du salaire minimum, actuellement fixé à 12.500 pesos (190 euros). Il veillera également à ce qu’une aide sociale extraordinaire de 2.000 pesos (30 euros) soit versée aux employés et une autre de 5.000 pesos (76 euros) aux fonctionnaires et aux forces de sécurité.

Les petites et moyennes entreprises ne sont pas oubliées. Elles pourront étaler sur 10 ans le remboursement de leur dette auprès des impôts et le prix de l’essence sera gelé durant 90 jours. Toutes ces annonces devraient concerner « 17 millions de travailleurs et leurs familles ainsi que toutes les petites et moyennes entreprises », a précisé Mauricio Macri.

Un score similaire en octobre et Alberto Fernandez serait le nouveau président argentin

Le chef de l’Etat argentin le sait, il est en mauvaise posture en ce moment après les primaires, qui ont valeur de répétition générale avant le scrutin présidentiel du 27 octobre. Le tandem composé de Mauricio Macri et du dirigeant péroniste Miguel Angel Pichetto n’a recueilli que 32% des votes contre 47% pour le duo Alberto Fernandez, un péroniste modéré, et sa colistière Cristina Kirchner. S’il s’agissait de l’élection présidentielle d’octobre, M. Fernandez, 60 ans, serait proclamé vainqueur dès le premier tour. Car selon la loi électorale, pour être élu, il faut obtenir au moins 45 % des suffrages ou 40 % et une avance de 10 points sur le deuxième.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *