Nucléaire : L’Iran va encore réduire ses engagements, annonce Rohani

 

Le président de la république islamique d’Iran, Hassan Rohani, a annoncé ce samedi, lors d’une réunion des dirigeants de pays d’Asie centrale plus la Russie et de la Chine, que l’Iran allait encore réduire ses engagements sur le nucléaire. Cette annonce intervient alors que les Etats Unis et l’Iran sont à couteaux tirés dans le détroit d’Ormuz.

« Les Européens n’ont jusqu’à présent pas respecté leurs engagements »

L’Iran va continuer à réduire le niveau des engagements pris sur le contrôle de son programme nucléaire dans le cadre de l’accord conclu à Vienne en juillet 2015, a annoncé ce samedi le président iranien Hassan Rohani. C’était au cours d’une réunion à Douchanbé, au Tadjikistan, des dirigeants de pays d’Asie centrale ainsi que de la Russie et de la Chine. Le président de la république islamique a justifié cette décision par l’absence de « signaux positifs » de la part des autres signataires de l’accord de Vienne.

Il y a quelques jours, Abbas Moussavi, porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, avait déjà déclaré que « Les Européens n’ont jusqu’à présent pas respecté leurs engagements et n’ont pas protégé les intérêts de l’Iran après le retrait des Américains ».

Washington continue de brandir la fermeté

Le texte sur le nucléaire iranien a été adopté par la république islamique d’une part et d’autre part par les pays membres du groupe P5+1 (Chine, Russie, USA, France, Grande-Bretagne et Allemagne). Il prévoit un contrôle du programme nucléaire de l’Iran en échange d’une levée progressive des sanctions économiques.

Donald Trump a décidé en mai 2018 de retirer les Etats Unis de cet accord, qu’il qualifie de l’un des plus mauvais jamais signés par son pays. Il a par ailleurs remis en vigueur les sanctions économiques contre l’Iran. Ces sanctions concernent en particulier les exportations de pétrole iranien que le président américain entend tarir afin de contraindre le gouvernement de Téhéran à revenir sur la table des négociations. Washington menace également d’imposer des sanctions contre les Etats qui continueront à commercer avec l’Iran ou à acheter son pétrole.

L’Iran a donné un ultimatum aux autres signataires de l’accord

De son côté l’Iran a suspendu en mai certains engagements inscrits dans l’accord de Vienne et a donné 60 jours aux pays signataires encore participants d’honorer leurs engagements. Le pays a même menacé de se remettre à enrichir de l’uranium à un niveau plus élevé, à défaut de sortir tout bonnement de l’accord.

L’annonce de Rohani ce samedi intervient aux lendemains de l’attaque de deux pétroliers, norvégien et japonais, en mer d’Oman imputées à l’Iran par les Etats Unis.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *