Taxe foncière : Le montant varie sensiblement d’un territoire à l’autre

D’après une étude de la Direction générale des collectivités locales (DGCL), le montant moyen de la taxe foncière par habitant varie sensiblement d’un territoire à l’autre. Cette inégalité devant l’impôt foncier serait due principalement à la taille de la ville, à la présence d’équipements industriels ou encore à la valeur locative des logements.

Du simple au triple

Le montant de la taxe foncière par habitant en France varie du simple au triple d’un territoire à l’autre, selon une étude de la Direction générale des collectivités locales (DGCL) publiée ce lundi. Cette étude relève que la différence entre le montant des taxes foncières est principalement due à la taille de la ville, à la présence d’équipements industriels, à la valeur locative des logements et surtout aux décisions politiques des collectivités territoriales. « Dans un territoire sur dix, il est perçu plus de 535 euros par habitant au titre de la taxe foncière et, dans un territoire sur dix, moins de 175 euros par habitant, soit un rapport de 1 à 3 », a révélé la Direction générale des collectivités locales (DGCL).

Les petites communes moins taxées

Si les Français ne sont pas logés à la même enseigne devant la taxe foncière, ils pourront toujours déménager pour payer moins. En effet, le rapport de la DGCL établit que la taxe foncière est bien moins élevée dans les petites communes que dans les grandes. Dans les très petites communes (moins de 200 habitants) par exemple, cette taxe est fixée à 312 euros par habitant en moyenne. Alors que dans les grandes villes, celles de plus de 50 000 habitants, elle est de 566 euros par habitant en moyenne. Pris individuellement, le département des Hautes-Alpes possède la taxe foncière par habitant la plus élevée avec un montant de 839,9 euros. Il est suivi des départements des Alpes-de-Haute-Provence (758,50 euros) et de l’Aude (663,50 euros). A l’inverse, Mayotte paie l’impôt foncier le plus faible avec seulement 35,40 euros.

Il faut aussi souligner que le montant médian de cette taxe est de 274 euros par habitant ce qui signifie simplement que dans la moitié des communes françaises, il est supérieur, et dans l’autre moitié, il est inférieur.

Des recettes en constante hausse depuis 2011

En outre, la Direction générale des collectivités locales (DGCL) a indiqué que les recettes issues de la taxe foncière ont enregistré une hausse de 3,1% par an en moyenne. En 2018, ces recettes étaient de 33,6 milliards d’euros, essentiellement partagées entre les communes et les départements, qui ont tout le loisir de fixer le montant qui leur convient…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *