OL : John Textor, l’homme qui veut concurrencer le PSG

 

Le milliardaire américain John Textor est devenu en juin le nouvel actionnaire majoritaire de l’Olympique Lyonnais (OL). Excité par cette nouvelle acquisition, le co-propriétaire de Crystal Palace et Botafogo a vite fait de s’en prendre au PSG, dont il dit ne pas aimer le modèle. Il oublie cependant que tous les investisseurs qui ont pris pour cible le club des Qataris n’ont pas fait long feu.

Une fortune estimée à 3 milliards d’euros

Cela fait quatorze ans que l’Olympique Lyonnais (OL) n’a plus remporté la Ligue 1. Cette compétition étant pratiquement devenue la propriété privée du PSG depuis dix ans grâce à l’arrivée des Qataris dans la capitale française. Le tout puissant OL des années 2000 ne fait plus le poids face à la manne financière de ces puissants investisseurs arabes. Jean-Michel Aulas, le président directeur général du club vit mal cette situation. Cela d’autant qu’il croit que le PSG a les faveurs des arbitres. On ne compte d’ailleurs plus ses coups de gueule après chaque match. Alors quand un milliardaire frappe à la porte, on s’empresse forcément de la lui ouvrir.

C’est ainsi que John Textor a facilement racheté 66,56 % des parts du club lyonnais, début juin. Le riche homme d’affaires américain de 65 ans a une fortune estimée à 3 milliards d’euros. Avec ce pactole, le « gourou de la réalité virtuelle à Hollywood » espère faire jeu égal avec la référence du moment : le PSG version qatarie. Dès sa prise de participation, il a lancé les hostilités. « Je n’aime pas le modèle du PSG, j’espère qu’on va pouvoir gagner face à lui la saison à venir », a-t-il lancé sans sourciller.

Actionnaire de Crystal Palace et Botafogo

En entendant une telle déclaration, Jean-Michel Aulas a dû tiquer un peu, lui qui a assisté à la déroute d’autres investisseurs étrangers dans le football en France. Mais pourquoi pas y croire? Avant cela, il faudra d’abord faire venir de gros noms sur les bords du Rhône. C’est ce que le PSG a fait pour imposer sa loi sur la Ligue 1. Depuis plus de dix ans, Nasser al-khelaïfi claque du fric pour enrôler les stars du ballon rond. On peut citer Ibrahimovic (2012), Cavani (2013), Di Maria (2015), Neymar et Mbappé (2017), Navas (2019), Messi et Ramos (2021).

Au regard de cette liste, il faudra au nouveau propriétaire de l’OL des reins très solides pour tenir la concurrence… Mais John Textor a déjà montré qu’il peut faire franchir un cap à une équipe qu’il reprend. C’est ce qu’il a fait avec Crystal Palace dont il détient 18% des parts. Il a également ramené dans l’élite le club brésilien de Botafogo (90% des parts) et l’équipe belge de RWD Molenbeek (80%). Le président directeur général de Lyon peut donc nourrir quelques espoirs quant à un nouveau règne sur le football français.

Un esprit pionnier à la recherche de l’excellence 

Lors de la présentation du milliardaire américain, Jean-Michel Aulas s’est réjoui de partager avec lui « les mêmes valeurs, le même amour du football, mais surtout un esprit pionnier à la recherche de l’excellence ». Le dirigeant français peut déjà compter sur l’expertise technologique du nouveau partenaire pour frapper les esprits. En effet, après avoir connu une brillante carrière de skateboardeur dans les années 70 ( stoppée par une sévère blessure à la tête), John Textor a fait une belle incursion dans le monde de la réalité virtuelle.

Il a notamment dirigé, dans les années 2000, le Digital Domain, un studio d’effets spéciaux créé par le réalisateur de Titanic, James Cameron.  En 2009, l’homme d’affaires a même reçu l’Oscar des meilleurs effets visuels pour le vieillissement hyper réaliste de Brad Pitt dans le film L’Étrange histoire de Benjamin Button. Après le cinéma et les effets spéciaux, John Textor a investi dans l’intelligence artificielle avec sa société Evolution AI et dans le streaming d’événements sportifs en créant FuboTv.

 

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.