Immobilier de luxe : les prix bientôt plus élevés à Paris qu’à Londres ?

 

En tête du classement des villes les plus chères d’Europe pour l’immobilier de luxe, Londres pourrait bientôt céder sa place à Paris. Selon les prédictions de Coldwell Banker, spécialiste de l’immobilier haut de gamme, le prix du mètre carré dans la capitale pourrait devenir le plus haut d’Europe à l’horizon 2022.

Londres touché en plein cœur

Une étude de Coldwell Banker montre que les prix de l’immobilier de luxe continuent de progresser à Paris, alors qu’ils se replient à Londres. Cet « événement inédit  » pourrait se produire en 2022 selon les projections du spécialiste de l’immobilier haut de gamme.

Depuis trois ans, date du vote en faveur du Brexit, le marché d’immobilier haut de gamme londonien a perdu de sa superbe. D’après Coldwell Banker, le prix moyen du mètre carré des appartements résidentiels familiaux dans le « Inner London » est passé 16.500 euros en 2016 à 15.500 euros en 2019. « Les quartiers chics comme Mayfair ou les environs de Hyde Park sont particulièrement touchés », constate le spécialiste.

Les prix pourraient chuter jusqu’à 30% en cas de Brexit

« A côté de l’effet Brexit, la faiblesse de la livre sterling par rapport à l’euro, l’entrée en vigueur des lois contre le blanchiment de l’agent et le relèvement des droits mutations pour les étrangers ont été d’autres facteurs qui ont pesé sur le marché de la transaction d’immobilier de standing », indique Laurent Demeure, PDG du réseau pour la France & Monaco. Une sortie du Royaume-Uni de l’Europe pourrait accentuer la baisse de la monnaie anglaise face à l’euro et prolonger le reflux les valeurs dans l’immobilier. La Bank of England alerte qu’en cas de Brexit sans accord, les prix à travers le Royaume-Uni pourraient chuter jusqu’à 30%.

A l’opposé, à Paris les prix continuent de progresser. Le seuil de 10.000 euros du mètre carré a été franchi cet été. « J’ai la conviction aujourd’hui qu’en terme de prix, Paris dépassera Londres à l’horizon 2022 et deviendra la capitale européenne de l’immobilier de luxe et de prestige », pronostique Laurent Demeure, président de Coldwell Banker France et Monaco. La capitale française bénéficie de l’exode massif des propriétaires londoniens. Craignant un krach financier, ils préfèrent conserver leurs actifs dans la pierre, de l’autre côté de la Manche.

Paris handicapé par l’impôt sur la fortune immobilière

Néanmoins, Coldwell Banker ne mise pas forcément sur Paris pour remplacer Londres. Certains investisseurs parieraient davantage sur Genève ou Amsterdam. « Ces villes disposent d’avantages fiscaux plus importants, notamment pour l’implantation d’une société », explique le spécialiste. « Si la France a retrouvé l’attractivité avec les premières réformes d’Emmanuel Macron, la création de l’IFI (impôt sur la fortune immobilière) est un facteur répulsif pour attirer, en France, les banquiers d’affaires et autres avocats internationaux, clients naturels du marché de l’immobilier de prestige et de luxe », ajoute-t-il. Heureusement, Paris peut toujours faire valoir son attractivité et son dynamisme pour gommer ce handicap.

La Côte d’Azur (avec Cannes notamment), marché immobilier prisé de la clientèle française et internationale, pourrait aussi profiter de la chute de Londres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *