France : L’activité du secteur privé en baisse en mars

Selon un indice provisoire publié par le cabinet IHS Markit, ce vendredi 22 mars, l’activité du secteur privé en France est en baisse dans ce mois de mars. Pourtant, l’indice flash composite de l’activité globale avait connu un redressement encourageant en février. Cette baisse est due à une contraction de l’activité dans l’industrie manufacturière et le secteur des services.

En déca de 50 points

L’activité du secteur privé en France est en baisse en mars, selon un indice provisoire publié ce vendredi par le cabinet IHS Markit. L’indice flash composite de l’activité globale a atteint 48,7 points dans ce mois contre 50,4 points en février. C’est le plus faible taux depuis deux mois, a fait observer le cabinet IHS Markit. L’indice PMI Markit se calcule sur la base de la performance globale du secteur à partir d’un panel de 400 entreprises exerçant en France. S’il se situe en déca de 50 points, comme pour ce mois de mars, il indique un repli de l’activité. En revanche, s’il se place au-delà de 50, il traduit logiquement une croissance de l’activité.

Un affaiblissement général de la demande

Le cabinet IHS Markit précise que ce niveau de 48,7 points en mars est dû à une forte contraction du volume des nouvelles affaires à l’export. Cette contraction concerne principalement l’activité dans l’industrie manufacturière et le secteur des services. « La reprise amorcée en février ne s’est pas prolongée en cette fin de premier trimestre 2019, l’industrie manufacturière et le secteur des services enregistrant tous deux une contraction de leur activité », a relevé Eliot Kerr, économiste chez IHS Markit.

Les secteurs ci-dessus cités sont victimes, selon l’analyste économique, d’un affaiblissement général de la demande. En effet, le volume global des nouvelles affaires a reculé à la fois dans les services et dans l’industrie, particulièrement pour les nouvelles affaires en provenance de l’étranger.

La crise des Gilets Jaunes et la présidentielle algérienne pointées du doigt

Pour justifier cette tendance, certains chefs d’entreprises pointent du doigt les manifestations des Gilets Jaunes qui durent depuis quatre mois ; d’autres orientent le regard vers le report de l’élection présidentielle en Algérie après le retrait de la course du Président Abdelaziz Bouteflika. Pour Eliot Kerr « La poursuite du repli des nouvelles affaires, sur fond de ralentissement de la demande globale et d’une accélération de la baisse des ventes à l’export, constitue une tendance préoccupante ».

Le seul indice encourageant à l’horizon est le ralentissement continu de l’inflation des prix payés, surtout dans l’industrie manufacturière.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *