Ventes de maisons neuves : rebond du secteur entre mai et juillet après deux ans de souffrance

 

Les ventes de maisons neuves, qui souffrent depuis bientôt deux ans de la réduction d’aides publiques à l’achat de logements, ont rebondi de plus de 11% sur un an, entre mai et juillet, selon la fédération des constructeurs (LCA). Celle-ci est toutefois inquiète pour 2020 compte tenu de la suppression prochaine du taux zéro (PTZ) pour les logements neufs dans certaines zones.

« Le marché de la maison neuve en secteur diffus s’est ressaisi »

Selon une étude de LCA, organisation regroupant un gros millier d’entreprises et liée à la Fédération française du bâtiment (FFB), les ventes de maisons neuves, qui souffrent depuis bientôt deux ans de réduction d’aides publiques à l’achat de logements, se sont nettement redressées ces derniers mois. « Après une année 2018 marquée par une profonde remise en cause des aides au logement neuf, le marché de la maison neuve en secteur diffus s’est ressaisi », a indiqué dans un communiqué les Constructeurs et Aménageurs (LCA). Elles ont en effet rebondi de plus de 11%, entre mai et juillet, par rapport à un an plus tôt. Sur l’ensemble de 2019, LCA s’attend à une hausse comprise entre 2% et 5%. Ces chiffres, qui extrapolent une enquête auprès d’environ 300 constructeurs, concernent le « secteur diffus », qui prend en compte les maisons vendues hors programme immobilier plus large. A l’opposé, les ventes du « secteur groupé » s’inscrivent en baisse ces derniers mois mais ce n’est qu’une petite part du marché des maisons.

Soulignons que les ventes de maisons marquent ainsi un net rebond après une mauvaise année 2018, puis un début 2019 morose, après que le gouvernement a supprimé ou réduit l’ampleur de plusieurs aides à l’acquisition de logements dont les APL accession et le prêt à taux zéro (PTZ). A l’instar de la FFB quelques jours plus tôt, LCA a d’abord expliqué le rebond du secteur des ventes neuves par les conditions historiquement favorables du crédit immobilier, qui soutiennent la demande.

Un plaidoyer pour la prolongation d’au moins un an du PTZ

Toutefois, la fédération doute d’un effet à long terme de ces conditions. Pour cause, elle s’attend à une nouvelle réduction du prêt à taux zéro (PTZ), qui devrait être supprimé pour les logements neufs dans certaines zones l’an prochain. En conséquence, alors que l’avenir de la mesure sera fixé dans quelques jours dans le budget 2020, LCA demande au gouvernement de prolonger au moins pour un an le PTZ dans les zones concernées. Elle rappelle d‘ailleurs que 60% des bénéficiaires de ce dispositif, «outil indispensable pour l’accession à la propriété des ménages modestes», habitent en zones détendues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *