SNCF : comment l’Etat va payer la dette ?

Ce vendredi, le premier Ministre Edouard Philippes a reçu une à une les cinq fédérations syndicales de cheminots. Il a annoncé que l’Etat allait reprendre la dette de la SNCF, à hauteur de 35 milliards d’euros. Alors que la dette du groupe ferroviaire est considérablement allégée, comment l’Etat va-t-il pouvoir financer cette reprise de dette ? 

Gouvernement – SNCF : un feuilleton qui dure

Voilà plusieurs mois que les relations entre le gouvernement et le groupe ferroviaire se sont dégradées. Depuis qu’Edouard Philippe a annoncé la fin du statut de cheminots, les salariés ont entamé une grève qui devrait encore durer un mois. Face aux nombreuses contestations des salariés, le gouvernement a décidé d’agir. A plusieurs reprise, Edouard Philippes a reçu les syndicats dans les bureaux de Matignon.

35 milliards d’euros d’ici à 2022

Ce vendredi matin, le premier Ministre a une nouvelle fois reçu les syndicats dans ses bureaux, et semblerait avoir pris une importante décision. En effet, le gouvernement a décidé de reprendre la dette, à hauteur de 35 milliards d’euros. 25 milliards seront débloqués en 2020 et 10 milliards supplémentaires en 2022.

Alors que la dette de la SNCF s’élève à quelques 46 milliards d’euros, comment l’Etat va-t-il pouvoir financer un telle somme ?

Comment l’Etat finance-t-il les reprises de dette ?

La dette de la SNCF prise en charge par l’Etat viendra s’ajouter à la dette publique de l’ensemble des administrations publiques. En d’autre terme, cela équivaudra 2226,1 milliards d’euros fin septembre 2017, soit 98,1% du PIB, selon l’Insee. Comment l’Etat la rembourse-t-elle ?

Edouard Philippe, dans un courrier aux syndicats, avait reconnu en avril dernier que la reprise progressive de la dette SNCF par l’État à partir du 1er janvier 2020 « demandera un effort supplémentaire des contribuables. Ils apportent déjà chaque année plusieurs milliards d’euros au financement du système ferroviaire ».

Chacun des 67 millions de Français écopera de 522 euros de dette supplémentaire.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *